Map & Fork Blog, Voyage et cuisine du monde – Viaggi e cucina del mondo

Un vendredi dans la médina de Fès

Ca y est, nous sommes bien installés, nous avons pris nos marques, nous pouvons profiter des quelques weekends que nous avons pour voir du pays. Pour notre première escapade, nous avons choisi Fès, qui se trouve à une heure de chez nous.gare fes

Nous sommes partis de la gare de Meknès dans la matinée, nous sommes arrivés un peu en retard mais par chance le train n’était pas plus ponctuel que nous. De l’extérieur, il ressemblait aux vieux trains Corail de chez nous mais l’intérieur était beaucoup plus neuf. Nous avons donc passé une petite heure à observer le paysage, les montagnes à l’horizon et les nombreuses oliveraies entre Meknès et Fès.
Détail important : le chef de train n’annonce pas les gares, nous avons donc demandé confirmation aux autres passagers avant de descendre pour ne pas nous retrouver à Tanger.

gare de fes
Gare de Fès

Nous traversons la gare de Fès, qui semble toute neuve et élégamment décorée. Nous prenons un taxi qui nous dépose à l’entrée de la médina, le reste du chemin se fera à pied car la vieille ville est piétonne. Nous passons donc Bab Boujloud, la porte bleue pour entrer dans la médina et chercher notre chemin. Un guide touristique nous aborde dès notre arrivée, nous propose ses services, nous montre sa carte de l’office du tourisme et nous met en garde contre les faux guides. Nous traversons le souk à la recherche de notre riad mais malgré les indications que nous avons, nous ne le trouvons pas. Nous demandons notre chemin à un tailleur de pierre qui téléphone de suite au riad pour demander des indications et voyant que même lui ne connait pas la rue, demande au réceptionniste de venir nous chercher.

medina
Scènes de vie dans la médina

Nous arrivons à destination et nous disons qu’effectivement, nous aurions eu du mal à le trouver seuls car l’entrée se trouve dans une toute petite ruelle en plein milieu du souk, au milieu de canards en cage, de dindons en liberté, de plumes qui volent et du brouhaha ambiant. Le riad est aussi calme que la rue est bruyante, nous déposons nos bagages, vérifions le plan de la ville et commençons notre visite.

chouwara
Tanneries Chouara

Nous nous dirigeons vers les fameuses tanneries de Fès, où les peaux sont travaillées pour devenir du cuir. Difficile de se repérer dans la médina, sans indications et avec une carte approximative. Un jeune homme nous demande ce que nous cherchons et nous y emmène. Enfin… Il ne nous emmène pas à la tannerie que nous voulions voir mais à celle qui lui donnera un petit pourcentage si on achète quelque chose. Nous faisons donc demi-tour et finissons par trouver le chemin. Nous montons sur une terrasse d’où nous pouvons voir les peaux qui sèchent sur les toits, les bacs multicolores où elles sont immergées dans différents produits colorants, des pigments à base de coquelicot pour le rouge et de safran pour le jaune.

effet avant-après
effet avant-après

L’heure de déjeuner approche et nous cherchons un endroit que l’on nous avait conseillé. Là encore, difficile de trouver sans demander son chemin. Le jeune homme qui nous indique le chemin nous dit que le restaurant est fermé et nous emmène devant la porte pour nous le prouver, avant de nous proposer d’aller ailleurs. Nous le remercions et lui disons que nous trouverons seuls.
Un sixième sens nous dit de passer un coup de fil et, surprise: le restaurant, bien qu’il n’y ait aucune indication à l’extérieur et que la porte soit fermée, était bien ouvert et nous a accueillis chaleureusement. Les prix à Fès sont plus élevés qu’à Meknès donc nous avons été un peu surpris au premier abord mais nous avons été bien reçus, dans un cadre traditionnel, avec un plafond extraordinaire entièrement sculpté dans le bois. Nous avons aussi terminé un plat énorme de couscous, ce qui est plutôt bon signe.

panoramaNous poursuivons notre balade dans la médina et entrons dans une arrière-cour où s’entassent des peaux et de la laine sur laquelle des chatons et des poules gambadent joyeusement. Un jeune homme nous explique le travail que font les artisans ici, nous montre une autre tannerie et nous emmène sur les hauteurs, d’où nous pouvons admirer la ville. La vue vaut le détour mais là encore, notre guide improvisé et bien sympathique nous demande de l’argent, et une somme exorbitante par rapport au revenu moyen local. Nous essayons de faire plus attention, de ne laisser personne nous guider mais les rues étant quasi désertes le vendredi après-midi, deux occidentaux en goguette ne passent pas inaperçus et sont la promesse d’un bakchich intéressant pour des jeunes désœuvrés.

madrassaNous visitons ensuite la Madrassa Bou Inania, la « grande sœur » de celle de Meknès. L’école coranique a été construite à la même époque (au XIV°s) et par la même architecte, mais elle est plus grande. Nous nous extasions ici encore devant les détails splendides, le travail du bois et de la pierre minutieusement sculptés et nous profitons du calme ambiant, propice au recueillement. L’école coranique est l’un des rares édifices religieux ouverts au public (et aux non-musulmans) et a la réputation d’être la plus belle du pays.

jardinNous sortons de la médina pour voir le palais royal et ses grandes portes dorées. Mauvaise pioche, nous avons trouvé une belle porte, bien gardée, mais ce n’est pas celle-ci. Nous en profitons pour nous reposer dans le jardin Jnan Sbile, où l’eau jaillit des fontaines à l’ombre des palmiers et les familles flânent dans ce décor apaisant.

sahraiPour conclure cette journée de visite, nous prenons un taxi pour rejoindre l’hôtel Sahrai, un hôtel de luxe un peu excentré qui dispose d’une terrasse panoramique. Nous profitons des derniers rayons du soleil en sirotant un thé à la menthe et en admirant Fès et sa médina, les montagnes qui complètent ce décor et en comptant les nombreuses cigognes qui passent au-dessus de nos têtes. Le thé ici coûte dix fois plus cher que dans un café mais la vue vaut le détour.

bab boujloud nuitQuand le soleil se cache derrière les immeubles, nous reprenons le chemin de la médina pour dîner à deux pas de la grande porte bleue. Nous montons sur la terrasse du Nagham Café où nous savourons une délicieuse pastilla et un très bon tajine. Pour la première fois depuis notre arrivée au Maroc nous nous retrouvons dans un restaurant plus fréquenté par les touristes que par les locaux, mais nous sommes ravis de notre choix et du rapport qualité/prix.

Fin de notre première journée à Fès, une journée mouvementée et bien remplie. Nous goûtons un repos bien mérité pour nos gambettes, avant de poursuivre notre visite de cette ville millénaire, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco et qui nous réserve encore de belles surprises… Suite au prochain épisode !

Et si vous aimez...
Left-up-arrow Supportez nous avec
un simple j'aime.

Laisser un commentaire