Map & Fork Blog, Voyage et cuisine du monde – Viaggi e cucina del mondo

Les règles à connaitre pour prendre le taxi au Maroc

On a tous l’image du type dans un film qui lève la main en criant « hey, taxi ! » mais on n’appelle pas le taxi de la même façon au Maroc comme à New York, chaque pays a ses règles, et ses prix! Si le taxi est réservé aux personnes les plus aisées ou au cas de force majeure en France, au Maroc c’est quasiment un transport en commun et donc très accessible.

Prendre un taxi au Maroc, c’est tout un programme. Voici nos astuces pour ne pas être perdu lors de votre séjour au Maroc.

Pour commencer, au Maroc il y a les petits et les grands taxis.

Les grands taxis :

Les grands taxis, ou taxis partagés, font généralement de longs trajets et ils sont les seuls autorisés à sortir des villes. On trouve beaucoup de vieilles mercedes blanches où s’entassent 4 personnes sur la banquette arrière et deux sur le siège passager, mais la flotte de taxis se modernise et on trouve de plus en plus de véhicules type berlingo, kangoo, vito etc …
Pour prendre les grands taxis, il faut généralement se rendre à la station de départ, indiquer sa destination à l’un des chauffeurs, qui vous indiquera quel taxi se rend dans cette direction. Si le taxi est presque plein, vous avez de la chance, vous partirez bientôt. S’il est vide, il faudra attendre qu’il se remplisse, à moins que vous ne décidiez de prendre le taxi rien que pour vous en payant les 6 places. De la même façon, impossible de choisir votre taxi préféré et de décréter que vous ne prendrez pas cette vieille charrette mais plutôt la voiture flambant neuve. C’est comme à la boucherie, les chauffeurs de taxis font la queue (même si ce n’est pas évident vu de l’extérieur) et ils partent dans l’ordre où ils sont arrivés, pas de resquilleur. Le gros avantage des grands taxis de modèles récents c’est qu’ils ont la clim et qu’ils l’utilisent même parfois, sur l’autoroute par exemple.

Tetouan

Les petits taxis

Ce sont des vieilles 205, des Fiat Uno ou des Dacia et chaque ville a sa couleur: les taxis de Tétouan sont jaunes, ceux de Fès sont rouges, ceux de Meknes bleus etc.
Contrairement aux grands taxis, les petits ne sortent pas de la ville. Ils peuvent parfois faire une exception sur quelques kilomètres, en demandant l’autorisation au poste de contrôle, mais ne vous attendez pas à ce qu’un petit taxi vous emmène bien loin.
On prend les petits taxis dans les stations, quand il y en a une à proximité, ou en leur faisant signe. Pour faire signe au taxi au Maroc, il faut indiquer le sol avec l’index si le taxi est vide, ou indiquer la direction dans laquelle on souhaite aller s’il y a déjà quelqu’un dedans. On indiquera donc « tout droit », « à droite » ou « à gauche avec l’index » en espérant qu’il s’arrête. Si le taxi est vide, vous pouvez monter directement, sinon il vaut mieux donner votre destination au chauffeur avant de monter : cela vous évitera d’être débarqué au bout de 500m si l’autre passager va dans une direction différente.

Comment indiquer sa destination :

Indiquer sa destination peut paraître simple et l’on peut penser que la plupart des chauffeurs de taxis comprennent le français, mais ce n’est pas toujours le cas. La communication peut parfois être laborieuse, avec de grands gestes quand vous ne maîtrisez pas la darija (l’arabe marocain) et que le chauffeur ne comprend pas un mot de français. Les mots comme « la gare » « l’aéroport » ou encore « la poste » et « le commissariat » sont généralement compris par tous, mais pour le reste, il faut parfois improviser et avoir des talents dignes du mime Marceau. Ajoutez à cela que les rues ont plusieurs noms… Franche rigolade garantie ! Les rues ont souvent un nom écrit en français sur les panneaux et sur les cartes, mais les gens ne les appellent pas toujours de cette façon. Exemple : pour se rendre à la gare, qui se trouve sur l’Avenue des Forces Armées Royales, vous pouvez être sûr qu’un chauffeur sur deux ne comprendra pas le nom de la rue. Mais si vous lui dites traq Fès, soit « route de Fès », c’est bon. Pour se rendre dans un hammam, chez un dentiste ou que sais-je, notre réflexe est de demander l’adresse mais on ne l’obtient pas toujours. Les gens expliquent plutôt : à côté de la mosquée, derrière la poste etc…

Avoir de la monnaie :

Ce n’est pas obligatoire, bien sûr, mais en taxi comme dans la plupart des commerces il est toujours mieux d’avoir de la petite monnaie. Les distributeurs automatiques vous donneront des billets de 200 dirhams, autant vous dire que peu de monde les accepte, même si c’est l’équivalent plus ou moins de 20€. C’est la plus grosse coupure et les gens n’aiment pas les gros billets et devoir rendre la monnaie, qu’ils n’ont souvent pas. Ainsi, le chauffeur de taxi s’arrêtera dans une station-service pour faire de la monnaie, le marchand de fruits et légumes fera le tour des commerces du quartier pour vous rendre votre monnaie. Rien de bien grave en soi, mais une perte de temps que l’on peut facilement éviter.

Aventures et mésaventures en taxi :

Pour finir, voici les petites anecdotes qui nous sont arrivées en taxi :

  • Le chauffeur de taxi qui roule comme un psychopathe, accélère pour freiner d’un coup sec au bout de 20 mètres, double dans des endroits aussi improbables que dangereux
  • Le taxi qui tombe en panne en plein trajet, le chauffeur qui farfouille dans le moteur, fait plusieurs essais avant de pouvoir repartir
  • Voir la route qui défile sous ses pieds à travers les trous dans le plancher
  • Monter dans un taxi déjà plein à craquer quand arrive un autre passager qui essaie de rentrer et… y arrive!
  • Monter à l’arrière dans un taxi en pensant être seul et remarquer au bout de 200m qu’il y a un passager à l’avant, qui semble mort… Mais qui en réalité est tellement ivre qu’il s’endort sur le chauffeur, qui lui donne des coups de coude pour le réveiller
  • Se rendre compte qu’il n’y a pas de place dans le coffre des petits taxis pour la valise, qu’il faut la mettre sur le porte bagage sur le toit. Attachée? Mais pourquoi faire?

Et si vous aimez...
Left-up-arrow Supportez nous avec
un simple j'aime.

Laisser un commentaire